Banniere1
Banniere10
Banniere11
Banniere12
Banniere13
Banniere14
Banniere15
Banniere16
Banniere2
Banniere3
Banniere4
Banniere5
Banniere6
Banniere7
Banniere8
Banniere9
Eglantier FB1_AGRENABA
Salamandra_salamandra_(Marek_Szczepanek)
boucle vezoult (4)_AGRENABA
vipere_aspic_copyrightPixiflore

Répartition du territoire de l'Île-de-France

L’Île-de-France s’étend sur un peu plus de 12000km² soit 2,2% du territoire national

Superficie comparée des principaux milieux en Île-de-France

Carte d’occupation du sol en Île-de-France (2008)

Mode d’occupation du sol en Île-de-France en 2008

Contrairement aux idées reçues, le territoire de la région n’est pas majoritairement urbain. Certes, il s’agit d’un espace fortement fragmenté par l’urbanisation et les infrastructures de transport, mais la région est avant tout agricole. Pour preuve, les zones agricoles couvrent plus de la moitié de la surface totale de l’Île-de-France

Viennent ensuite les espaces forestiers et boisés qui occupent 23% du territoire. Là aussi, ce chiffre contredit le cliché souvent avancé d’une région essentiellement bâtie puisque, en 2008, le taux de boisement francilien est à peine inférieur à la moyenne nationale de 29% selon l’Inventaire forestier national (IFN). Il est à noter que la surface boisée régionale est assez stable depuis plusieurs décennies (IAU-îDF, 1982-2008) et que certains massifs forestiers de la région (Fontainebleau et Rambouillet par exemple) sont reconnus de longue date comme étant de remarquables réservoirs de biodiversité à l’échelle nationale.

L’Île-de-France est l’une des plus petites régions françaises, mais elle accueille pourtant près de 20% de la population française. Ainsi, la surface totale de la région occupée par des zones urbaines atteint 21%. La centralisation historique de l’État français s’est notamment traduite par la formation d’une vaste aire urbaine autour de l’agglomération parisienne.

Quant aux 5% de territoire restant, ils se répartissent entre les zones humides (2%) et les autres espaces ruraux (3%) de type friches, pelouses, prairies, landes, sablières, etc. Ces milieux tampons abritent généralement une grande variété d’espèces souvent localisées et parfois exigentes en terme de ressources. Or, du fait de leur repré- sentation réduite à l’échelle régionale et de leur forte vulnérabilité, due par exemple à l’agriculture intensive ou à l’urbanisation croissante le long des vallées, ces espaces jouent un rôle essentiel dans la pérennisation d’une diversité avifaunistique riche en Île-de-France.

La biodiversité en Île-de-France, c'est :

12 réserves naturelles régionales à ce jour en Île-de-France

.

4 réserves naturelles Nationales à ce jour en Île-de-France

.

4 parcs naturels régionaux couvrent 14 % de l’Île-de-france

.

2% du territoire occupés par des zones humides

.

70000ha du massif de Fontainebleau est classé en réserve de la biosphère mondiale par l’Unesco

.

2 projets de parcs naturels régionaux à l’étude en Seine-et-Marne 

.

Vous êtes ici: Réserves Naturelles

logo_natureparif
logo-region-IDF
logo_DRIEE_Ile-de-France